Alliance Syndrome Dravet

Dyspraxie : handicap invisible, vers une adaptation en milieu scolaire


Les troubles de la coordination motrice d’origine développementale, tels que la dyspraxie, touchent 5 à 7 % des enfants de 5 à 11 ans. Les gestes complexes nécessitant un apprentissage, comme l’écriture, ne deviennent jamais automatiques chez les enfants dyspraxiques, qui doivent, tout au long de leur existence, leur prêter une attention importante. Dans la majeure partie des cas, sont associés des troubles oculomoteurs qui compromettent l’accès aux informations présentées visuellement.

Caroline Huron, chercheuse en sciences cognitives à l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), nous montre comment une meilleure compréhension du fonctionnement du cerveau normal permet de mieux appréhender ce handicap et de mettre en place les adaptations qui permettent à ces enfants d’acquérir les compétences scolaires au même rythme que les enfants de leur âge.

Jeudi 10 février 2011 à 18 heure -> conférence ici

 

 

 


Nathalie

Nathalie Coqué. Maman d'Achille. Membre du Conseil d'Administration, représentante scientifique et Vice Présidente d'Alliance Syndrome de Dravet.

1 commentaire

  1. Nathalie
    2011-03-13
    Répondre

    La conférence est intégralement en ligne (60 min en 5 films) sur :
    http://universiteouverte.u-cergy.fr/?p=518
    – Qu’est ce que la dyspraxie ?
    – Comment fonctionne le cerveau humain ?
    – Aider l’enfant dyspraxique
    – Adaptation : accessibilité et compensation
    – Quelques principes essentiels

    C’est vraiment très intéressant. Ça donne des pistes pour nos enfants qui ont des difficultés d’apprentissage, même s’ils ne sont pas forcément dyspraxiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *